Dans le monde associatif souvent dynamique mais vieillissant du naturisme, l'A.J.N.F. fait office d'Ovni. Il n'y a pas tant de mérite à cela lorsqu’on fait la liste des mouvements de jeunes naturistes en France, et qu’on se retrouve avec un seul nom d'association, celui que je viens de citer...

Mais l'A.J.N.F. (Association des Jeunes Naturistes Français) a d'autres particularités :

- elle sait proposer des sorties et activités originales et bien pensées

- elle adore les mises en scène un peu « Buzz » tout en costumes et en maquillages

- elle est touchée par une malédiction nuageuse amenant un temps frisquet à certaines de ses rencontres.

Sur le troisième point, on évitera de le centrer sur cette asso quand on sait que l'hexagone entier a subi cette fatalité tout au long de l'an 2013, ciblant autant les naturistes que les golfeurs ou les joueurs d'échecs.

Cette semaine du 23 au 31 août au CHM de Montalivet, finalement assez ensoleillée, avait plusieurs objectifs...

Une semaine au CHM

Tout d'abord se regrouper et passer du bon temps grâce aux vagues, au sable, au soleil, et à l’ambiance du « clan » A.J.N.F., à la fois soudé et ouvert aux autres. Un tarif symbolique était offert par le centre sur un emplacement très orienté « jeunes » puisque parsemé de reliefs et de plantes capricieuses... mais proche de la plage et du centre commercial. Les drapeaux de l'asso et de la FFN étaient plantés pour mieux marquer la présence de notre campement, qui donnait l'impression d'être sponsorisé par les tentes instantanées Quechua.

L'idée était aussi et surtout de rencontrer d'autres vacanciers pour communiquer autour du mouvement par les jeux, les arts et les loisirs. Une façon plus cool et amicale de découvrir l'autre tout en se faisant connaître, sans trop s'attarder sur le stand de tracts et de magazines, attirant souvent le même cercle de convaincus. Au programme : chamboule-tout, jeu du loup garou, body-paint, batailles d'eau, sculptures sur sables : autant d'activités souvent annoncées à travers le CHM à grand renfort de drapeaux, de voiture, et même de déguisements et de haut-parleur.

Une recette qui a fait son effet… Du monde pour chaque animation et des rencontres avec chaque tranche d'âge, du petit enfant au troisième âge en passant par des ados, des jeunes et des gens mûrs.

Au CHM, la fin de la haute saison se dessine. Chaque jour, on remarque un peu moins de vacanciers que la veille. Dans un centre accueillant jusqu'à 10.000 personnes au point culminant de l'été, ce « dépeuplement » reste évidemment très relatif. On nous assure, du reste, que le CHM ne connait pas la crise et que cette année était particulièrement dense.

Au long de cette semaine, les polémiques de la décennie autour des grands terrains font parti des débats et interrogations. Les initiés l'auront deviné, il s'agit du respect de la nudité, qui serait en recul un peu partout. Bien sûr, les avis sont partagés... Concernant le CHM, le naturisme m'a donné l'impression de se dérouler paisiblement et dans un état d’esprit paisible. La nudité est respectée ou non, dans une assez grande diversité. Il n'est pas rare de croiser des jeunes, enfants, pré-ados en petits groupes, parmi lesquels certains sont nus et d'autres plus vêtus, sans que cela ne semble gêner qui que ce soit. Concernant les ados, les vêtements sont effectivement de rigueur en dehors de la piscine et de la plage. Une question d'époque et de génération, qui représente donc avant tout un fait. A chacun d'y associer ou non une notion de problème. Il est en tout cas vraiment positif de constater que, dans cette société en perte totale de valeurs, de nombreux ados vivent un naturisme lié au sable et à l'eau, entre amis et sans complexe. C'est déjà une formidable victoire sur le monde de l'apparence et de la superficialité martelé en permanence par les médias et le discours ambiant.

Sous le soleil, le temps passe vite et la semaine s’achève presque sans qu’on l’ait vu passer. L'opération communication semble avoir plu à tout le monde, et donne déjà envie à certains membres de revenir en plus haute saison, en respectant cette règle de vacances apprise au cours du séjour : ne pas proposer d’animations le matin si on veut du monde. Même à 11 H dans les stations balnéaires les plus peuplées, ça commence tout juste à se réveiller !